Stand:
persistente URL: kreidefossilien.de/1771

Grossouvre, 1894. Recherches sur la craie supérieure. Partie 2

tags: grossouvre, monographie, ammoniten, frankreich
A. Grossouvre, 1894
A. Grossouvre, 1894
Albert Grossouvre, 1893 (1894). Recherches sur la craie supérieure. Partie 2. Paléontologie. Les ammonites de la craie supérieure. (Imprimerie Nationale) Paris: 1-264

Les ammonites de la craie supérieure

Abstract

INTRODUCTION.

Les ammonites de la craie supérieure n'ont donné lieu, en France, qu'à un très petit nombre de travaux descriptifs. Dujardin, le premier, a décrit et figuré en 1837, sous le nom d'Ammonites polyopsis, une espèce de la craie sénonienne de la Touraine. Un peu plus tard, en 1840, d'Orbigny faisait connaître quatre nouvelles espèces, Ammonites Pailletteanus et Am. tricarinatus, de la craie des Corbières, Am. Lafresnayeanus du calcaire à baculites du Cotentin, et une autre espèce de ce même terrain, qu'il rapportait à tort à Am. lewesiensis, Sowerby, nom qu'il remplaça ensuite, en 1850, par celui de Am. gollevillensis, sans compter un autre ammonitidé de ce même gisement, Am. Verneuili, qui vraisemblablement est un scaphite.

En 1847 et 1848, de Buch et Thiollière décrivaient presque simultanément deux formes des grès verdâtres sénoniens de Dieulefit, remarquables par la simplicité de leur ligne sqturale, auxquelles ils donnaient les noms d'Ammonites Ewaldi et Am. Robini.

D'Orbigny en 1850 (1) et Coquand en 1859 (2) ont établi toute une série d'espèces pour des formes provenant principalement de la craie de la Touraine et de celle de l'Aquitàine. Mais ils n'ont fourni, à l'appui de la création de ces nouveaux types, que de courtes diagnoses insuffisantes pour les définir complètement. Il en est résulté que les noms proposés ont été le plus souvent appliqués à des types fort différents les uns des autres et que leur emploi a amené de fréquentes confusions.

Depuis lors, cette partie de notre faune fossile a été complètement délaissée et c'est seulement dans ces dernières années que M. Fallot nous a donné une monographie des espèces des grès sénoniens dè Dieulefit. Tout récemment, M. Seunes, dans un mémoire en cours de publication, a commencé la description des ammonites du calcaire à baculites du Cotentin et de la craie campanienne de la région sous-pyrénéenne.

Pendant cette longue période paraissaient à l'étranger les belles monographies de MM. F. von Hauer, Schlüter, Fritsch et Schlönbach, Redtenbacher, Stoliczka, auxquelles il a fallu recourir jusqu'à ce jour pour l'étude de nos échantillons de France. On pourrait croire que cette lacune dans  les travaux scientifiques est due à la pauvreté des gisements que notre territoire possède; cependant il n'en est rien et les couches crétacées de la Touraine, de l'Aquitaine et des Pyrénées renferment des richesses dont l'existence nous a été révélée par les travaux de nos savants confrères, MM. Arnaud, Péron, Seunes, Toucas, etc.

Pictures from the publication

TaxonFinder

Taxonomic ranks shown on mouse-hover may differ from the taxonomic alignment in the publication. Because of the multiple appearances of genera in different taxonomic kingdoms (e.g. Siphonia is a genus in Protozoa→Granuloreticulosea and Animalia→Demospongea) you should verify the taxon (its rank) with the publications description or the link to the Paleobiology Database. Additionally, due to the lack of data at the source "Catalog of Life" perhaps no further data for an extinct taxon is provided here at all.

Related

literature
other content on kreidefossilien.de

additional Info

no remarks yet